chronique du 26 octobre 2017 - guyane

Bien vieillir en Guyane

La Guyane est l’un des départements français où la population est la plus jeune : la moitié des Guyanais a moins de 25 ans. Selon l’INSEE, les personnes âgées représentaient 7,5 % de la population guyanaise qui comptait 252 338 habitants en 2014.

En 2007, 900 personnes étaient dépendantes. En 2030, la Guyane devrait connaître trois fois plus de personnes âgées dépendantes soit 3 000 personnes. Cet accroissement de la population dépendante va générer des besoins supplémentaires en personnel à domicile et en institution. 6,2 % des personnes âgées guyanaises vivent en institution (contre 9,6 % en France hexagonale).

Hélène Servius

Hélène Servius

Rencontre avec Mme Hélène Servius, cadre supérieur de santé au Centre Hospitalier de Cayenne et Présidente de l’AMDOR Guyane

Quelles sont les missions de l’AMDOR Guyane 

Nos missions sont les suivantes :

  • Développer en Guyane un mouvement gérontologique et intergénérationnel,
  • Susciter des activités sociales, culturelles et touristiques susceptibles d’aider à l’épanouissement des préretraités et retraités,
  • Informer, de documenter ses membres sur les problèmes de vieillissement, de retraite, de législation sociale,
  • Organiser des sessions de formation dans tous les domaines,
  • Favoriser à ses membres l’accès à de multiples services, avantages et prestations diverses,
  • Créer ou de gérer tout service rentrant dans le cadre gérontologique de la région Guyane,
  • Enfin développer les liens entre les aînés tant au plan régional qu’au plan national et international.

Quelles ont été les différentes actions menées cette année ; parlez-nous, plus particulièrement, de la journée du 29 septembre que vous avez organisée ?

L’activité a été interrompue cette année pendant au moins 3 mois à cause du conflit social qui a débuté avec des prémices dès février pour se renforcer et se terminer en avril ; situation très tendue dans le pays. Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre.

Cette journée du 30 septembre a été un événement majeur pour les membres de notre association car elle fête ses 30 ans d’existence et il était important de marquer l’événement car beaucoup d’adhérents qui ont oeuvré dès le début sont encore présents et sont des membres actifs.

Cette journée a eu 2 temps forts : le premier a permis de découvrir l’AMDOR Guyane à travers son histoire, des personnes à l’origine de sa création (venues de la Martinique comme M. Frantz REMY, Directeur de l’AMDOR Martinique) et d’anciens présidents de l’AMDOR Guyane qui ont apporté leurs témoignages et le second fut la conférence sur le thème de l’âgisme animée par le Dr Chatot-Henry Gériatre exerçant en Martinique ; cette discrimination est quotidienne envers nos aînés même dans l’inconscient de nos comportements.

Pensez-vous que la population guyanaise soit sensibilisée au ‘Bien vieillir’ ?

Je ne dirai pas que la population de la Guyane ne soit pas sensibilisée mais notre population est très jeune et plus de la moitié des jeunes à moins de 20 ans. En Guyane, les priorités sont de maitriser cette démographie galopante (bien qu’ingérable), de construire des écoles et des crèches plutôt que de prioriser des établissements d’accueil pour personnes âgées. En Guyane, il n’y a que quatre Ehpad sauf erreur de ma part et le plus grand a 100 lits.

Vous êtes sensibilisée à l’âgisme (discrimination fondée sur l’âge). D’après vous, comment lutter dans notre quotidien contre cette tolérance ?

  • La formation et l’information pour changer les comportements
  • Pratiquer la tolérance au quotidien et accepter l’autre dans sa différence
  • Développer davantage des congrès intergénérationnels afin de promouvoir le concept du bien vieillir dans notre société.

Quels projets pensez-vous mettre en œuvre pour 2018 ?

Je souhaiterais vraiment promouvoir les activités gérontologiques et plus précisément créer une branche davantage médico-sociale à l’Amdor Guyane. Actuellement, nous faisons beaucoup de temps festifs avec nos adhérents, et j’avoue qu’ils n’adhèrent pas facilement aux actions de formation « Grand format » que je propose (conférences, déjeuner débat etc.) ce qui s’explique par leur grand âge probablement, mais ils restent fidèles et sont à chaque fois plus nombreux à y assister avec leur famille ou amis.

En décembre 2017, je dois réunir des professionnels de santé retraités (psychologue, assistante sociale, éducateur spécialisé) et en activité (médecin, infirmière cadre de santé) pour mettre en place une première rencontre afin de présenter les orientations 2018 de l’Amdor Guyane. Nous espérons d’ores de déjà l’aide de partenaires comme la Collectivité territoriale, les mairies et autres donateurs.

Nous avons une collectivité territoriale avec un Président, M. Rodolphe Alexandre à l’écoute des personnes du 3ème âge et qui, fort de sa compétence, souligne la nécessité d’accompagner les personnes âgées pour améliorer leur cadre de vie et leur bien-être.

Notre partenariat avec l’Amdor Martinique se renforce et en mars 2018, nous prévoyons d’organiser en Guyane un colloque sur la maltraitance des aînés et peut-être 2ème semestre 2018, un déjeuner débat sur la diététique ; nos « gangans » (personnes âgées en Guyane – c’est affectif) sont friandes, de ces thèmes.

Nous affinerons davantage les projets pour l’année à venir avec une équipe renforcée; c’est le vœu que je formule pour l’Amdor Guyane.

Source : INSEE antiéchos n° 24 décembre 2012

dr-carolle-chatot-henry

Dr Carolle Chatot-Henry

 

 

Mots clés: , ,

 

Partager cet article

L'équipe d'Happy Silvers

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *